Pensées

huile sur toile 73 x 54 cm

Acquisition en 1994 du
CONSEIL GENERAL DU CALVADOS

Tableau exposé au
Salon des Indépendants de CAEN
à l'occasion du
50ème Anniversaire
du débarquement.






Avait-il moins peur, moins mal,
moins froid que nous aurions eu ? Je me demande...
Avait-il moins mal au coeur, moins envie de rentrer chez lui,
moins le mal du pays que nous aurions eu ?
Etait-il moins le Don Juan du village, moins l'enfant chéri,
moins le copain d'enfance ?
Etait-il né en Pologne, en Norvège, en Angleterre
ou au Canada ?
Venait-il du Kentucky, de la Nouvelle-Zélande ou bien
d'Australie ?
Etait-il petit ou grand, noir ou blanc, blond ou brun ?
Quel pouvait bien être le son de sa voix, sa chanson préférée,
la couleur de son choix ?
Avait-il les yeux clairs ou foncés, les cheveux raides ou
bouclés, des taches de rousseur sur le nez,
cet homme, peut-être encore adolescent, que nous ne connaîtrons jamais ?
Et surtout...
Avait-il moins la peur au ventre que nous aurions eue ?
En un mot, avait-il moins de raisons, moins envie de vivre que nous ?

Oh que la réponse est non !
Qu'il dorme sous une croix ou sous une étoile,
Qu'il ne soit connu que de Dieu ou reconnu des hommes,
Qu'il ait eu une famille pour le pleurer ou personne pour verser une larme :
Il était comme nous sommes, c'est à dire le coeur battant, les souvenirs en tête, les espérances en lui.
Il était comme nous sommes, c'est à dire vivant lorsqu'il est arrivé dans ce pays normand,
pays des Vikings et du Conquérant, pays fier mais ligoté lorsqu'il a débarqué pour entrer à tout jamais dans la nuit, donnant ainsi jour à "Normandie Terre-Liberté".



Extrait d'un discours prononcé par Anne D'ORNANO
Présidente du Conseil Général du Calvados à l'occasion d'une cérémonie du 50èmeAnniversaire du débarquement